Résidences

Soutien à la création

Compagnie à

Un beau jour

7 au 18 février 2022

Depuis sa création en 2003, la compagnie angevine dirigée par Dorothée Saysombat et Nicolas Alline s’est forgée une belle identité artistique. Mêlant l’univers du clown avec la marionnette et le théâtre d’objets, elle confronte également l’humour au tragique, le comique à la cruauté, maniant avec brio le décalage burlesque et poétique, ainsi qu’en témoigne la dizaine de spectacles à l’actif de la compagnie.

Avec Un beau jour, leur création en cours prévue pour le dernier trimestre 2023, s’inventera un portrait sonore, visuel et impressionniste de la chanteuse Barbara. Il ne s’agit pas ici d’un traditionnel « biopic », mais bien d’une lecture singulière et personnelle de son œuvre, articulée autour de sept chansons de son répertoire. Elles seront chacune mises en lumière par un langage théâtral particulier, et incarnées par trois interprètes différents.

Théâtre d'Air

Les Locataires

11 au 15 avril 2022 / 19 septembre au 3 octobre 2022

Depuis sa création à Laval en 1998, initiée par la metteur en scène et comédienne Virginie Fouchault, le Théâtre d’Air a affirmé sa présence sur les scènes des Pays de la Loire et touché un large public régional. Une dizaine de spectacles à l’actif de la compagnie, avec souvent un fil rouge dans l’écriture : la question de l’identité et de l’individu au sein d’un groupe bien défini qui est tour à tour la famille, l’entreprise, l’école, la religion, le monde économique, la société…

Nombre de ces créations ont trouvé une place de choix dans les saisons du Théâtre de Laval et au sein de nos résidences : citons par exemple Push Up, Marcia Hesse, La Nuit des Rois, ou plus récemment La Lune des pauvres… La dernière en cours, Les Locataires, explore nos parts d’intimité et nos vies intérieures au travers de deux personnages, Antoine et Agnès, qui traversent une rupture amoureuse.

Les Anges aux Plafond

Le Horla

13 au 17 juin 2022

Une fidèle collaboration artistique s’est tissée au fil des années entre le Théâtre de Laval et la compagnie Les Anges au plafond. Au fil d’Œdipe, Une Antigone de papier, R.A.G.E., White dog ou encore Le nécessaire déséquilibre des choses la saison dernière : ce sont autant de créations de la compagnie francilienne qui ont été programmés au Théâtre ces dernières années.

Marionnettes portées, ombres, projections, pop-up, scénographie en mouvement, l’univers poétique et décalé des Anges au Plafond se décline au fil des spectacles avec le papier comme matière de prédilection.

C’est ici une œuvre célèbre de Maupassant, Le Horla, qui sert de matériau pour leur ultime création : une libre adaptation de cette nouvelle fantastique et un fascinant dialogue entre une musicienne et un marionnettiste.

-> page spectacle

Collectif Label Brut

Casse-cash

22 août au 2 septembre 2022

Créé en 2005 par Laurent Fraunié, Harry Holtzman et Babette Masson, ce collectif mayennais jouit d’une solide implantation sur le département, notamment par la création de spectacles et la mise en place de projets d’action culturelle sur le territoire. Il s’est aussi forgé une spécialité, celle de « confronter le texte, le jeu et la dramaturgie à la matière ». Et de cette relation particulière qui se tisse entre acteurs et objets, entre le vivant et la matérialité des choses, jaillit leur poésie singulière.

Cet audacieux théâtre d’objets est au cœur de leur dernière création, Casse-Cash, qui voit trois personnages mener une course folle sur les routes de l’argent et ses flux…

-> page spectacle

 

Collectif Une Tribu

Petit homme (titre provisoire)

26 au 30 septembre 2022

Articulée notamment autour de deux artistes comédien.ne.s et marionnettistes (Michel Villée et Noémie Vincart), ce collectif implanté en Belgique s’entoure aussi, d’une création à l’autre, de plusieurs artistes et fidèles complices (compositrice, scénographe, marionnettistes…). Créé en 2016, le collectif compte déjà neuf spectacles dans le champ des arts de la marionnette. Variés, les sujets des spectacles touchent aussi bien le rapport à la mort, au travail, à la guerre ou même à l’éco-féminisme. 

Le dixième spectacle en création, et au titre encore provisoire (Petit Homme), fait l’objet d’une résidence au Théâtre de Laval. On en sait encore peu de choses, mais il y sera question d’une marionnette qui voudrait prendre le pouvoir dans sa vie et ne plus vivre par procuration. Il va alors falloir, pour s’affranchir, convaincre les marionnettistes et peut-être même demander l’avis du public…

Compagnie Anaya

Pierrot

3 au 14 octobre 2022

Née à Nantes en 2010, la compagnie Anaya a pour vocation la création et la diffusion de spectacles vivants, en particulier dans les champs de la musique, du théâtre, de la danse ou du conte. Cette attention portée à de nombreux domaines de la création artistique se déploie notamment au sein de leur dernière création, Pierrot, au carrefour du théâtre et de la musique.

Elle est une libre adaptation d’un épisode de la célèbre émission radio Là-bas si j’y suis, animée par Daniel Mermet. Intitulé Nos années Pierrot, cet épisode très personnel revenait sur la mort d’un ami proche de l’animateur, saisissant ainsi l’occasion d’évoquer les années passées en sa compagnie, de l’après-68 aux années 80. Un texte poignant et une ode à la vie, qui croisera sur scène le chant et la musique live.

David Drouard Compagnie

La Chair de l’objet

3 au 14 octobre 2022

Figure incontournable de la danse contemporaine en Mayenne, David Drouard a largement contribué à développer sa pratique sur le territoire. C’est en 2004 qu’il fonde sa compagnie pour élaborer des projets chorégraphiques à l’identité forte, fruits d’une démarche artistique singulière et attachés au travail de transmission, impliquant au plus près les danseurs dans la création.

Comme souvent dans l’approche de David Drouard, sa nouvelle création (La Chair de l’objet) tire sa particularité de son processus : l’écriture chorégraphique y est ainsi intimement liée au dialogue que l’artiste mayennais tisse avec des collégiens et lycéens autour de la question de l’identité. Deux séquences distinctes en témoignent au plateau, deux tableaux chorégraphiques pour une saisissante exploration de l’identité par le corps.

-> page spectacle

La bande passante

Devenir

24 octobre au 5 novembre 2022

Comment partager des histoires, des récits, en croisant formes et disciplines et en s’approchant au plus près du réel ? Pour résoudre cette équation, La bande passante a trouvé dans le théâtre d’objets documentaires un formidable matériau artistique et une démarche qui inscrit l’objet comme témoin de vies humaines et un porteur d’histoires.

Après Vies de papier, précédemment accueilli au Théâtre, la compagnie dirigée par Benoit Faivre nous fait à nouveau voyager dans le temps et la mémoire et prolonge un cycle de spectacles et d’installations autour du papier. Elle s’attache plus particulièrement, avec Devenir, à explorer la question du journal intime à l’adolescence. Par des résidences dans les collèges, la collecte des récits et témoignages prend sur scène une dimension plurielle, matériau sensible qui s’expose sous forme d’écrits, de films, de performances, de créations plastiques.

-> page spectacle

Cie Art Zygote

Pinocchio, deviens ce que tu es

2 au 10 janvier 2023

Née à Laval en 1997, sous l’impulsion de Laurent Vignais, sculpteur-plasticien et Valérie Berthelot, danseuse-comédienne, la compagnie Art Zygote connaît bien le Théâtre de Laval, et inversement ! Nombre de ses précédents spectacles (Moi et toit sous le même toit, J’ai la taille de ce que je vois, L’assassin sans scrupules) furent soutenus par des résidences entre nos murs ou des coproductions, et souvent programmées dans la saison culturelle du Théâtre.

La fructueuse collaboration poursuit son chemin avec leur nouvelle création, Pinocchio, deviens ce que tu es, dont la première représentation aura lieu sur la scène Théâtre le 11 janvier 2023, à l’issue de leur dernière résidence. Adapté du célèbre conte italien de Carlo Collodi, ce voyage initiatique réinvente le mythe Pinocchio et, comme souvent chez Art Zygote, croise les disciplines avec une folle inventivité, entre théâtre, danse et marionnettes.

-> page spectacle

Compagnie La Magouille

À l’ombre d’Olympe

6 au 10 mars 2023

Créée en 2008, sous l’impulsion de Solène Briquet, la compagnie La Magouille axe son travail sur la défense de textes d’auteurs et la création de spectacles apparentés aux arts du théâtre avec des objets ou des marionnettes. Deux artistes alimentent les créations de la compagnie à ce jour : Solène Briquet et Cécile Lemaitre. Elles travaillent systématiquement le jeu d’acteur en dialogue avec la marionnette ou les objets comme principaux outils d’expression. Leurs techniques de manipulation varient en fonction du sens de la dramaturgie apporté au spectacle.

À l’ombre d’Olympe, leur nouvelle création, sera un hommage à la figure d’Olympe de Gouges, femme de lettres puis femme politique pendant la Révolution française, considérée aujourd’hui comme une pionnière du féminisme. Les recherches esthétiques de la compagnie les mènent actuellement vers la possibilité d’un théâtre d’extérieur, faisant appel à la prise de position en espace public par le jeu d’acteur et la manipulation de matière brute.

Compagnie T'atrium

L’Île Jadis

1 au 5 juillet 2019 / 23 septembre au 11 octobre 2019 / 26 octobre au 9 novembre 2019

La compagnie mayennaise T’atrium réside et développe son travail artistique et pédagogique au sein de l’agglomération lavalloise. Depuis sa création en 2015, elle pose notamment la question de l’implication des artistes dans la cité. Elle est depuis janvier 2017 et pour une période de trois ans, en résidence au sein de la ville de Saint-Berthevin.

Les directeurs artistiques Sandrine Monceau et Bertrand Fournier ont par ailleurs collaboré à plusieurs reprises avec Le Théâtre de Laval et les saisons culturelles du département mayennais. C’est donc tout naturellement que Le Théâtre a accompagné la résidence de la compagnie à Saint-Berthevin, pour peaufiner les derniers détails de sa nouvelle création, L’île jadis. Une pièce qui aborde des thématiques essentielles de l’époque – le déracinement, la résilience face à la catastrophe, le péril environnemental – à travers le prisme du conte et du fantastique.

Compagnie Les ombres portées

Natchav

Du 26 août au 11 septembre 2019

Créée en 2009, Les ombres portées est une compagnie regroupant des personnes issues de différents univers : musique, scénographie, construction, dessin, photographie… Elle propose des spectacles de théâtre d’ombres et de théâtre d’objets, développe des projets scénographiques et musicaux, et anime des ateliers.

Sa troisième création, Natchav, a été l’objet d’une résidence au Théâtre et d’une représentation à l’agenda de la saison 2019-20. La compagnie y explore à nouveau le théâtre d’ombres et se penche sur le monde circassien : l’histoire du cirque Natchav, qui à peine installé en ville est sommé par les autorités de la quitter. S’ensuivent échauffourées, arrestation d’un acrobate et incarcération pour outrage et rébellion. Un projet d’évasion spectaculaire germe alors chez circassiens et prisonniers… Entre décors mobiles et musique jouée live, ombres projetées et manipulations à vue, Natchav captive à coup sûr petits et grands au Théâtre.

Compagnie La découpe

Femmes de méninges

26 août au 7 septembre 2019 / 21 au 25 octobre 2019

Implantée à Rezé en agglomération nantaise, La Découpe est une compagnie de théâtre visuel développant son travail autour de trois axes majeurs : la scénographie, la marionnette et le théâtre d’ombres. Trois domaines au cœur des recherches artistiques de la compagnie, qui agissent comme moteur de fiction des spectacles.

Après Haut bas, premier spectacle tous publics autour du théâtre d’ombres et de marionnettes surréalistes, la compagnie prépare sa nouvelle création, Femmes de méninges. Cette conférence marionnettique et scénographique aborde le travail de femmes artistes oubliées, telles que Lotte Reiniger, Vivian Maier, Artémisia Gentileschi, Betty Davis, Adélaïde Herrmann… et bien d’autres encore !

Séverine Coulon

La Vie animée de Nina W.

Du 17 au 28 février 2020

Depuis deux saisons s’est amorcée une fructueuse collaboration entre Le Théâtre  et l’artiste Séverine Coulon, qui a fondé la compagnie Les Bas-bleus. On peut tout d’abord évoquer son spectacle Filles & Soie, programmé la saison dernière : trois contes emblématiques de la littérature enfantine revus et corrigés pour combattre les clichés, entre jeux d’ombres et de lumières, théâtre d’objets, peinture, musique et marionnettes.

Mais citons surtout la nouvelle création de Séverine Coulon, La Vie animée de Nina W., en coproduction avec Le Théâtre de Laval, et à l’agenda de cette saison culturelle le 4 novembre. Un spectacle qui s’inspire librement du parcours de l’autrice et scénariste française Nina Wolmark, à laquelle on doit les célèbres séries de dessins animés Ulysse 31, Les Mondes engloutis, ainsi que l’adaptation télévisuelle de Rahan, Fils des Âges Farouches. Un destin singulier qui inspire l’imaginaire enchanteur de ce très beau théâtre d’objets et de marionnettes.

Collectif Aïe Aïe Aïe

Supergravité

Du 24 août au 8 septembre 2020

Ce n’est pas la première fois que le Théâtre de Laval et le collectif Aïe Aïe Aïe se rencontrent : souvenez-vous des spectacles Ma biche et mon lapin en 2017 et Ersatz en 2018, tous deux mis en scène par Julien Mellano. Si vous les aviez manqué, il sera toujours l’occasion de découvrir le travail passionnant de ce collectif d’artistes rennais, puisque leur dernière création est à l’agenda de la saison culturelle.

Au programme de ce Supergravité (avec à nouveau Julien Mellano à la baguette), mystères scientifiques irrésolus entre théâtre et arts visuels, au cœur du cosmos et de l’espace-temps. On y retrouve, comme souvent dans les spectacles du collectif, une curiosité pour toutes les formes de création (théâtre, arts visuels, musique…), une volonté d’explorer la mise en scène et ses écritures, et un goût pour le détournement des images et des objets. Leur résidence au Théâtre sera l’occasion de travailler la création lumière de ce nouveau spectacle.

Compagnie à

Un beau jour

24 août au 4 septembre 2020 / 4 au 15 janvier 2021 / 1 au 5 mars 2021

Accueillie à plusieurs reprises en résidence au Théâtre de Laval (la dernière fois pour La Conquête), mais aussi programmée en saison (Le chant du bouc en 2015, Made in China en 2016), la compagnie angevine revient entre nos murs. Il s’agira de leur première période de résidence, dans l’optique de préparer la recherche et l’écriture de leur nouvelle création, Un beau jour.

Un beau jour, comme les premiers mots d’une chanson mythique du répertoire français, L’aigle noir. Et pour cause : nous voici sur les terres d’un voyage visuel et sonore autour de l’emblématique Barbara, auteure-compositrice-interprète qui continue à imprégner nos mémoires. Sous la direction artistique de Nicolas Alline et Dorothée Saysombat, qui aiment à mêler clown, marionnette et théâtre d’objets, cette création devrait rencontrer son public à l’horizon 2023.

Compagnie La Magouille

Feuferouïte 

Du 24 au 28 août 2020

Feuferouïte : un titre aussi facétieux qu’énigmatique pour la dernière création de la compagnie normande, que les auteurs nous invitent à traduire ainsi : « Faut faire entendre ». Écrit par Julie Aminthe et mis en scène par Solène Briquet et Cécile Lemaitre, ce spectacle est né d’une envie, après plusieurs années d’intervention en hôpital gériatrique : celle, pour reprendre leurs mots, de « mettre en scène cette problématique du rapport au corps, à l’intimité dans une institution hospitalière et notamment chez les personnes âgées ».

Comme toujours dans leurs créations, les deux metteuses en scène travaillent le jeu d’acteur en dialogue avec la marionnette ou les objets comme principaux outils d’expression. Feuferouïte n’y fait pas exception et promet une belle symbiose entre la dramaturgie de ce sujet sensible et un art aiguisé des formes manipulées.

Compagnie ZA!

À ta place

Du 21 septembre au 2 octobre 2020

Basée à Nantes depuis 2017, la jeune compagnie ZA ! mène ses recherches artistiques autour de questionnements intimes, liés aux enjeux de société contemporaine. C’est à travers les arts de la marionnette et du théâtre d’objets que sa metteuse en scène Vera Rozanova a ainsi proposé ces dernières années le spectacle-jeu Où sont passés les poissons, ou bien À travers la cerisaie, « tragi-comédie pour objets en transit » d’après l’œuvre de Tchekhov.

Sa création en cours, intitulée À TA PLACE, marie objets, marionnettes et dessin vidéo en direct. Partant du principe que «le rangement nous entoure en permanence et semble être la solution pour réussir notre vie », cette pièce interroge la question du chez-soi, la conquête de l’espace domestique, mais aussi notre rapport aux objets. Un spectacle tout public, qui fera l’objet au Théâtre de Laval d’une répétition ouverte pour une classe de collège et une autre de CM2, ainsi que d’une sortie de résidence avec une classe de collégiens.

Compagnie Automne 2085

Gaung

Du 22 septembre au 1 octobre 2020

Joliment baptisée « Théâtre nomade de marionnettes et de matière », la compagnie Automne 2085 vient en résidence au Théâtre pour peaufiner les créations lumière et musique et son de leur nouveau spectacle, Gaung. Cette création au long cours, entamée à l’été 2015, touche en effet à sa fin, et le moins qu’on puisse dire à la vue des premières images, est que le résultat s’annonce comme un objet de théâtre inclassable et fascinant, d’une grande puissance esthétique.

« Gaung » signifie échos, vibrance en Javanais. C’est, disent ses metteurs en scène Arnaud Délicata & Julia Kovaćs, « une proposition sur l’amour et l’effroi, un spectacle rêvant de toucher l’art total », entre marionnette, théâtre visuel, musique et peinture in situ… Rendez-vous est pris pour découvrir ce bijou à l’hiver 2021 !

Compagnie Yvann Alexandre

Se méfier des eaux qui dorment

Du 19 au 23 octobre 2020

Compagnie phare de la région Pays de la Loire pour la danse contemporaine, la compagnie Yvann Alexandre est attachée depuis sa création en 1993 aux échanges et rencontres entre professionnels, amateurs et tout public.

Conçue et chorégraphiée par Yvann Alexandre, sa nouvelle création convoque un beau titre mystérieux, Se méfier des eaux qui dorment, mais aussi les échos d’un autre ballet majestueux, Le lac des cygnes de Tchaïkovski.

Après dix résidences de création, dont celle à l’automne au Théâtre de Laval, le Théâtre de la Cité internationale de Paris accueillera les premières de cet ambitieuse création en janvier 2021.

Compagnie Les Mauvaises herbes

1-2-3 soleil

16 au 20 novembre 2020 / 1 au 5 mars 2021

Lundi l’être à deux, précédente création de la jeune compagnie lavalloise, nous parlait du monde et de sa création, à travers le regard d’un homme et d’une femme. Elle avait été l’un des temps forts de la saison 2018-2019 au Théâtre de Laval, qui accueille à nouveau la compagnie de Stéphane Delaunay et Jean-François Orillon, cette fois pour une résidence de création.

Leur nouveau spectacle rappelle par son titre de plaisants jeux d’enfants : 1-2-3 soleil. Il sera d’ailleurs tout public, à partir de 3 ans, et évoque la question de la résistance à l’adversité, ou comment faire face, petit ou grand, aux difficultés de la vie. On y rencontrera trois petits lapins, qui doivent affronter l’hiver et la peur de manquer… Un très joli conte de théâtre en perspective, pour des premières représentations prévues à l’automne 2021.

Compagnie Les Maladroits

Joueurs

23 au 27 novembre 2020 / 26 avril au 7 mai 2021

Leur spectacle en tournée Camarades – initialement programmé en avril 2020 au Théâtre de Laval et reporté à cet automne – est après Frères le second volet d’un triptyque sur « l’engagement, les utopies et l’héritage ». Cette œuvre d’envergure trouvera bientôt son aboutissement puisqu’une nouvelle création, Partisans (titre provisoire), est en cours et fait l’objet cette saison d’une résidence au Théâtre.

Joueurs, c’est l’histoire de deux amis, deux jeunes hommes engagés dans une lutte contemporaine. Ils appartiennent à cette génération née avant la chute du mur de Berlin, sans toutefois en avoir de souvenirs. C’est une histoire d’engagement qui trouve son origine dans la découverte du conflit israélo-palestinien. C’est une histoire d’amitié, d’utopie mue par un désir de révolution…